ESCADRILLES V101 et V113

 

Ces deux escadrilles de tradition ont eu des destinées distinctes ayant été réunies, à partir du mois de juin 1918, dans le groupement de bombardement de nuit "LAURENS".
Escadrille déjà existante en août 1914, la V14, future V101, devient escadrille de bombardement le 29 septembre, date importante dans l'histoire de l'aviation militaire, car elle marque la création et la reconnaissance de la spécialité du bombardement.

Intégrée le 23 novembre 1914 dans le GB 1, premier groupe de bombardement qui vient d'être créé, elle prend alors le nom de V 1.

Devenue en mars 1915, la V101, elle participe au sein du GB 1, placé sous les ordres du commandant de GOYS, à toutes les grandes opérations de la Somme, de Champagne et surtout aux grands raids effectués au dessus de l'Allemagne. A noter les bombardements sur Mars la Tour, 21 mars au 13 avril 1915, actuellement terrain de parachutage que les équipages du TOURAINE connaissent bien.

Erigée en escadrille indépendante le 14 mars 1916, la 101, commandée par le capitaine LAURENS, poursuit donc seule son activité étonnante jusqu'au second semestre 1917, ou elle est rattachée au groupe de bombardement n°2 qui opère en Lorraine.

Puis au mois de juin 1918, elle s'unit à la V116 pour former le G.B.10, dirigé provisoirement par le capitaine COLCOMB. Le G.B.10, groupement provisoire, s'unit lui même peu après au G.B.8 pour constituer le groupement de nuit "LAURENS". A cette date, la V101 rejoint la V113 au sein de la nouvelle unité.

De création plus récente que la V101, la V113 voit le jour à Brias (Pas de Calais) le 18 août 1915. Dés sa création, elle est rattachée à la 10ème Armée, qui à partir du 25 septembre, est engagée dans la bataille de l'Artois. Transformée à cette date en escadrille de "Voisins Canons" ( appareil Voisin, équipé de canon de 47 contre les objectifs terrestres, et de canon de 37 contre objectifs aériens, armements placés dans la nacelle avant ) , la 113 travaille en coopération avec le G.B.3 avant de lui être officiellement rattachée. Le 6 juillet 1916, au sein de ce groupe, la 113 prend part notamment à l'offensive de la Somme.

Puis le 13 janvier 1918, elle se détache du G.B.3 pour former avec les escadrilles 109 et 125 le G.B.8 groupe de bombardement de nuit, placé sous les ordres du capitaine LAURENS. C'est dans le cadre de ce G.B.8, uni le 15 juin 1918 au G.B.10 pour constituer le groupement "LAURENS", que la V113 rejoint la V101 avec laquelle elle va désormais avoir une destinée commune.

Le nouveau groupement de nuit "LAURENS" poursuit l'action efficace des G.B.8 et 10 et travaille, successivement, dans l'Oise et l'arrière du front de Champagne. Son activité se traduit durant le mois d'août 1918 par le largage de 15 à 20 tonnes de projectiles ( chaque jour ) et par des formations fortes de 35 à 50 avions.

Le 20 août, il s'est transformé en escadre, qui sous le nom d'escadre n°14, s'illustre, en effectuant en quinze jours, 250 sorties au cours desquelles sont larguées 6125 tonnes de bombes et continue jusqu'à l'armistice du 11 novembre ses expéditions périlleuses. La dernière mission ayant lieu dans la nuit du 10 au 11 novembre 1918, bombardement de MARIENBOURG pour achever l'oeuvre destructrice commencée par les Breguets, bombardiers de jour.

Après l'armistice, les escadres de guerre sont dissoutes et au cours de l'année 1920, sont créés les régiments d'aviation. Les deux escadrilles 101 et 113, placées en 1919 sur le terrain de LUXEUIL deviendront alors respectivement les 3ème et 4ème escadrilles du 22ème Régiment d'Aviation de Bombardement.

Recopié dans les archives des escadrilles détenues par le TOURAINE